fgv6.net

Accueil du site > Blog > Home sweet bomb !

Home sweet bomb !

samedi 6 juin 2009, par François Guerraz


Hé oui, une fois n’est pas coutume, j’écris sur moi, parce que j’en ai envie.

En effet, je tiens à vous raconter ma soirée placée sous le signe de l’apocalypse. Il y a une énorme araignée qui est en train de se balader sous mes yeux et je déteste ça, d’autant que je suis incapable de l’approcher pour m’en débarrasser, mais ce n’est pas de ça dont je voulais parler.

Ce soir donc, après avoir mangé un peu trop de poulet, j’ai commencé à regarder « Home » de Yann Arthus-Bertrand sur un écran plasma qui consomme 450Watts. Au bout d’une heure, j’avais la preuve que la Terre était à l’agonie parce que nous consommions trop d’énergie et que l’élevage intensif (notamment de volailles...) était un désastre écologique car il favorise la monoculture et consomme beaucoup trop d’eau. Puis mes amis sont arrivés, et grâce à Yann Arthus-Bertrand nous avons trouvé que la misère des bidonvilles était très belle en Full HD : vraiment on reconnait là un artiste.

Nous nous sommes en suite rendus au cinéma le plus proche (qui est aussi le plus cher) pour aller voir « Terminator Renaissance », en voiture s’il vous plaît, en appuyant bien sur le champignon, sinon c’est pas drôle. On en a pris plein la vue et les oreilles. Ce qu’il faut retenir du film, ça vous sauvera peut-être la vie en 2018, c’est que les Terminators on des ports USB (type B femelle pour être précis). Aussi, bien que post-apocalyptique, le film apporte une réponse satisfaisante au problème écologique en éradiquant la plupart des formes de vie terrestres. Mais là au moins ce n’est pas de notre faute : c’est celle d’un général de l’armée américaine qui file les clefs de la maison à un témoin de Jéhovah (appelé Skynet) qui lui promet de faire le ménage en son absence [1].

Tout ce tapage m’a inspiré car je me demande pourquoi nous montre-t-on et pourquoi regarde-t-on ceci alors qu’on ne perçoit aucun espoir et qu’on se sent aussi impuissant qu’un CRS sans matraque. Nous sommes hypnotisés par cet avenir morbide et éprouvons un terrible sentiment de culpabilité. Et quiconque a déjà vécu en couple sait que la culpabilité est une arme redoutable : elle rend docile.

C’est donc avec la certitude que nous allons tous mourir prématurément après s’être fait tondre la laine sur le dos que je vais me coucher et demain tout ira mieux. Je vais aller à Kerguelen voir des manchots tant qu’il en reste : l’enfer, c’est d’être comme les autres.

Notes

[1] Voir Terminator 3

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | MailWebMail | MailWebMail (bas débit) |